Arhâ

1. Nom de la langue : arhâ.

2. Famille linguistique, indications d’ordre linguistique ou sociolinguistique.  Le arhâ partage nombre de traits avec le arhö. Tous deux sont proches de l’ajië et, bien qu’il n’y ait pas intercompréhension, sont même souvent considérés comme des dialectes de cette langue (La Fontinelle, 1976). Ces deux langues parlés dans la région de Poya sont restés notoirement sous-étudiés, malgré le danger d’extinction qui les guette.

3. Aire géographique.  Le arhâ était parlé autrefois dans le fond de la vallée de Poya, dans l’arrière-pays entre Poya et Houailou, dans les villages de Nérin, Wendji et Monfaoué selon M. Leenhardt (1946). Cette région est maintenant de langue ajië et des locuteurs arhâ se maintiennent à proximité de Poya, dans les villages de Nékliai et Kradji.

4. Nombre de locuteurs.  Le nombre de locuteurs était estimé à 150 en 1946 mais Haudricourt (1971) présente le arhâ comme une langue en voie d’extinction. Le recensement de 1996, peu fiable dans cette région, donne 35 locuteurs, ce qui est sans doute sous-évalué.

5. Publications, documents, écriture. Il n’existe pas de tradition d’écriture et peu de documentation scientifique. Le premier relevé lexical est celui de M. Leenhardt publié dans LDAM (1946, « Arhâ », n° 2). Il est précédée de quelques pages de notes linguistiques (pp. 24-29). Le lexique de Leenhardt a été revu et complété par A.-G. Haudricourt lors de son enquête de 1963.

Type de langue: 
Nouvelle-Calédonie