Caac

Langue parlée dans l’aire coutumière de Hoot ma Waap

Nom de la langue

Le caac est dit aussi langue de Pouébo, ou langue des Mwelebeng, du nom du groupe qui utilise cette langue. Dans ses inventaires lexicaux, Leenhardt (LDAM) utilisait d’ailleurs la dénomination Moenebeng. Une transcription phonétique plus exacte de ce nom est caaàc (Hollyman), en deux syllabes attestées encore dans l’appellation plus conservatrice, caawac, de la variante parlée à La Conception.

Famille linguistique – Indications d’ordre linguistique ou sociolinguistique

Langue de la moitié nord de la Grande Terre - Nouvelle-Calédonie - branche océanienne de la famille austronésienne. Les Mwelebeng appartiendraient à l’alliance Hoot, alors que leurs voisins de Balade et ceux de langue jawe plus au sud relèveraient de l’alliance Waap. Une cinquantaine de néophytes ont été déplacés par les Maristes vers 1855 et regroupés à La Conception près de Nouméa. Le caac y était parlé encore récemment, dans la variante dite « caawac ».

Aire géographique

Aire coutumière Hoot ma Waap. Le caac est parlé dans six tribus du district de Pouébo, à proximité de cette localité de l’extrême-nord de la Grande Terre, sur la côte est.

Nombre de locuteurs

1050 dont 468 hors de la zone traditionnelle d’implantation. Environ un tiers des locuteurs résiderait dans l’agglomération Nouméa-Paita-Mont-Dore. Autres estimations : Leenhardt (1946) 500, Rivierre (1982) 650, Recensement ITSEE (1996) (> 14 ans) 890.

Publications littéraires ou religieuses, écriture

Bien que les Maristes aient étudié la langue de Pouébo au siècle dernier (cf. 6), ils n’ont pratiquement laissé aucune publication religieuse. A signaler seulement un catéchisme de treize pages paru en 1900.

Analyses et documents linguistiques

Les premiers mots en langue de Pouébo ont été recueillis par Cook et les Forster en 1774, mélangés à une liste de mots nyelâyu de Balade. Les anciens documents datent du milieu du dix-neuvième siècle et sont dûs aux PP. Gagnière et Rougeyron. L’un et l’autre ont laissé un dictionnaire manuscrit, avec des équivalences en langue de Balade et en langue d’Ouvéa. Le début du dictionnaire du P. Rougeyron a été publié en 1854 par le P. Verguet.

On doit aussi au Père Gagnière 25 pages manuscrites de phrases en langue de Pouébo et de Balade ainsi que la transcription de cinq contes. Les publications modernes sur cette langue comprennent : - la liste de mots en "moenebeng" de Leenhardt (LDAM, 1946, n° 19), avec quelques pages d’introduction grammaticale (pp. 122-127). La liste de mots serait due à un informateur de La Conception. - quelques articles scientifiques et la publication d’un des contes transcrits jadis par le Père Gagnière, revu et commenté par K.J. Hollyman. Du même auteur un dictionnaire de cette langue est sous presse aux éditions Peeters. HAUDRICOURT A.-G., 1962, L’importance de la langue de Pouébo pour la grammaire comparée des langues en Nouvelle-Calédonie, Te Reo 5, Auckland, pp. 30-31. HOLLYMAN K. J., 1962, Première esquisse de la phonologie du Caaqac, Pouébo, Nouvelle-Calédonie, Te Reo 5, Auckland (Proceedings of the Linguistic Society of New Zealand), pp. 41-51.  , 1974, De l’importance et de la valeur des premiers documents européens : enquêtes en Nouvelle-Calédonie et aux Loyalty, in G. Manessy et J. M. C. Thomas éds, Les langues sans tradition écrite. Méthodes d’enquête et de description Actes du Colloque International du CNRS (Nice, 28 juin-2 juillet 1971), Paris, SELAF (Numéros spéciaux 3), pp. 109-124.  , 1981, La buse et l’hirondelle, un conte en caaàc d’il y a 120 ans, Studies in Pacific Languages & Cultures In honour of Bruce Biggs (J. Hollyman et A. Pawley eds), Auckland, Linguistic Society of New Zealand pp. 345-359.  , 1991, Personalised and non-personalised possession. Final consonants in Kumak and other languages of Far Northern New Caledonia, in R. Blust (ed.), Currents in Pacific Linguistics. Papers in Austronesian Languages and ethnolinguistics in honour of G.W. Grace, Canberra, The Australian National University, (Pacific Linguistics C 117), pp. 145-154.  , 1999, Etudes sur les langues du Nord de la Nouvelle-Calédonie, Paris, Peeters-SELAF (Langues et Cultures du Pacifique 13), 179 p.

Enseignement

Le caac a été enseigné dans l’école populaire kanak qui a fonctionné à Pouébo pendant quelques années. Quelques heures mensuelles sont dispensées au collège privé Hypolithe Bonou de Pouébo.

Type de langue: 
Nouvelle-Calédonie