Fagauvea

1. Nom de la langue : fagauvea, West Uvean (WUV) dans la littérature anglo-saxonne, hwen ûë (en langue iaai).

2. Famille linguistique, indications d’ordre linguistique ou sociolinguistique. Il s’agit d’une langue polynésienne introduite à Ouvéa, probablement vers la fin du 17e siècle, par des migrants polynésiens que les traditions orales font venir de Wallis. Le système phonologique du fagauvea a été profondément transformé par le contact avec sa voisine mélanésienne iaai. D’un système originel à 10 consonnes et 5 voyelles et à syllabes ouvertes (CV), on est passé à un système comportant 27 consonnes et 9 voyelles et le fagauvea compte aujourd’hui une proportion importante de mots à consonnes finales (CVC). Cette transformation s’est évidemment faite par le biais d’emprunts lexicaux massifs au iaai puisque près de 80% des mots d’emprunt décelables dans le dictionnaire fagauvea (Hollyman 1987) sont clairement d’origine iaai. Les 20% restants proviennent essentiellement de l’anglais, du français ou du drehu de Lifou.  On observe, en revanche, que le fagauvea est resté très polynésien dans sa morphosyntaxe et son vocabulaire de base. L’ordre normal des mots dans la phrase est Sujet Verbe Objet (SVO) avec, lorsque le sujet réfère à un humain, présence obligatoire d’un pronom sujet dans le groupe verbal (ex. a nene na ia fetufagafahaina de moenga « maman a plié la natte en quatre » (article personnel / maman / passé / elle / plier en quatre / la / natte). L’ordre Verbe (Objet) Sujet est aussi attesté. Il est surtout fréquent dans les récits. Le sujet est alors précédé d’une marque d’agent a, qu’il réfère à un humain ou non.

3. Aire géographique. Le fagauvea est parlé aux deux extrémités nord et sud d’Ouvéa. Au nord, il est parlé à Saint-Joseph (Heo), Takeji, Teuta, Weneki. A Gossanah (Hnyebuba) et à Ohnyat, le fagauvea et le iaai coexistent ; au sud, sur les deux îlots de Muli et Faiava mais le village de Lekiny est une aire bilingue fagauvea et iaai.

4. Nombre de locuteurs. Il y a environ 1 500 locuteurs du fagauvea sur l’île d’Ouvéa auxquels il faut ajouter quelques centaines de locuteurs installés sur la Grande Terre (recensement de 1996).

5. Publications littéraires ou religieuses, écriture. Quelques documents religieux ont été édités à l’imprimerie catholique de Saint-Louis : Evangile selon Saint Mathieu (1903), catéchisme (1914), dans une écriture très francisante (/ou/ pour /u/, etc.). Le fagauvea, encore aujourd’hui, n’a pas d’écriture fixée.

6. Analyses et documents linguistiques.

GUIART, J. 1953, Mythes et chants polynésiens d’Ouvéa (îles Loyalty), Journal of the Polynesian Society 62, pp. 93-118.

HOLLYMAN K.J., avec la collaboration de F. Ozanne-Rivierre, 1987, De Muna Fagauvea, Dictionnaire fagauvea-français, Auckland, Linguistic Society of New Zealand.

LEVERD A., 1917, Etude linguistique et ethnographique sur l’île Uvéa ou Halgan, Bulletin de la Société des Etudes océaniennes 2, pp. 43-53.

MOYSE-FAURIE C., 2000, A Syntactic Approach to Fagauvea (WUV), in S.R. Fischer and W.B. Sperlich (eds), Leo Pasifika, Proceedings of the Fourth International Conference on Oceanic Linguistics, Auckland, The Institute of Polynesian Languages and Literatures, pp.233-59.

OZANNE-RIVIERRE F., 1994, Iaai loanwords and phonemic changes in Fagauvea, in T. Dutton and D.T. Tryon (eds), Language contact and Change in the Austronesian World, Berlin, Mouton de Gruyter, pp. 523-49.

Les documents anciens concernant le fagauvea sont recensés et intégrés dans le dictionnaire de K.J. Hollyman (1987). Ces documents concernent notamment des listes de mots recueillis dans la région de Balade par les premiers voyageurs, des listes de mots transcrits en 1860 à la mission de Pouébo par le Père Rougeyron, l’article de A. Leverd (1917), un lexique manuscrit daté de 1880, rédigé par une religieuse de Muli et intitulé "Ouvéa. Vocabulaire de la langue wallis (Mouli)".

7. Enseignement. Il n’existe aucune expérience d’enseignement.

8. Médias. Plusieurs textes fagauvea figurent dans le cédérom Traditions orales iaai et fagauvea (Ouvéa, Iles Loyauté) réalisé par C. Moyse-Faurie et F. Ozanne-Rivierre pour la médiathèque du Centre Culturel Tjibaou de Nouméa (co-production CNRS/ADCK).

Type de langue: 
Nouvelle-Calédonie