Hmong

Autre nom

méo

Famille de langue

famille yao-miao qui comprend plusieurs langues de groupes minoritaires d’Asie du Sud-Est. La langue hmong existe sous forme de deux variantes dialectales appelées hmong blanc et hmong vert. La première est dominante chez les Hmong de Guyane.

Grands traits linguistiques

Comme beaucoup de langues d’Extrême-Orient, le hmong est une langue isolante, c’est à dire à morphologie extrêmement réduite, les fonctions grammaticales étant marquées par l’ordre des mots. Ces derniers sont en très grande majorité monosyllabiques, composés d’une initiale consonantique et d’une partie vocalique (éventuellement pourvue d’une fin nasale). Le système consonantique est très riche (56 consonnes distinctives). D’autre part, le hmong présente huit tons contrastés qui se distinguent par la mélodie, mais aussi par la phonation (qui peut être claire ou murmurée, voir plus bas) : ils ont une fonction distinctive (permettant d’opposer des mots qui ont par ailleurs la même structure consonantique et vocalique) mais aussi, dans certains cas, morphologique.

Une normalisation orthographique en caractères latins existe depuis plusieurs décennies et est généralement admise. Elle a pour particularité essentielle la notation des tons par des consonnes finales (auxquelles on ne doit pas donner la valeur phonétique “habituelle”). Ainsi, si l’on note la mélodie sur une porté musicale de 1 (le plus bas) à 5 (le plus haut), le ton moyen uni (33) n’est pas marqué orthographiquement ; on a b pour noter le ton haut uni (55), j pour le ton descendant (52), v pour le ton montant (24), s pour le ton bas uni (11) ; il existe par ailleurs un ton glottalisé (21’) noté m et un ton “murmuré” (42) noté g ; enfin on note par d une variante du ton glottalisé (231) qui apparaît dans certains contextes.

Aire géographique

- En Guyane : Essentiellement les villages de Cacao et de Javouhey, également à Rococoua (commune d’Iracoubo), Régina et Saül - Ailleurs : Plusieurs millions de locuteurs au Laos, en Thaïlande et en Chine du Sud. Il existe une diaspora très importante en France métropolitaine, aux Etats-Unis (surtout dans la partie Nord du Middle-West : Minessota, Wisconsin, Illinois) et en Argentine.

Nombre de locuteurs

environ 2000 en Guyane.

Ecriture, travaux sur la langue

On trouve d’assez nombreux livres dont beaucoup sont à orientation religieuse, en particulier par le P. Bertrais. Il existe une grammaire en français et deux dictionnaires :

Mottin J. (1978) Eléments de grammaire hmong blanc, Bangkok, Don Bosco Press. Bertrais (s.d.) Dictionnaire hmong-français, Bangkok, Assumption Press. Yang dao (1980) Dictionnaire français – hmong blanc, Comité National d’Entraide. Aux Etats-Unis ont été édités des manuels d’apprentissage à l’usage des anglophones : Whitelock D. (1982) Withe Hmong Language Lessons, Minneapolis, Southeast Asian refugee Studies Project, University of Minnesota.

Enseignement

Il existe des cours d’alphabétisation en hmong pour Hmong dans les écoles de Cacao et Javouhey.

Source : CNRS, CELIA

Type de langue: 
Zone Caraïbe