Marquisien

Nom de la langue

Le marquisien, langue des Marquises, est dénommé ’eo ’enana (parler du nord-ouest) ou ’eo ’enata (parler du sud-est), ce qui signifie « langue des hommes » ou « langue humaine ».

Famille linguistique, indications d’ordre linguistique ou socio-linguistique

rameau oriental des langues polynésiennes ; le marquisien formerait un sous-groupe avec le hawaiien et le mangarévien (Jeff Marck, 1999). Il existe des différences phonologiques entre le parler du nord-ouest et le parler du sud-est. Le parler de l’île de ‘Ua Huka occupe une position intermé-diaire et possède des traits communs aux deux parlers. La langue est pratiquée quotidiennement et revendiquée dans sa spécificité face au tahitien.

Aire géographique

La langue marquisienne est parlée dans l’archipel des Marquises, à 1 400 km de Tahiti, et à Tahiti même où une partie de la population a émigré.

Nombre de locuteurs

La population est estimée à 8 000 personnes aux Marquises. A peu près autant de Marquisiens résident à Tahiti.

Publications littéraires ou religieuses

Il existe de nombreux textes religieux en langue marquisienne, mais pratiquement aucun texte de littérature profane.

Analyses et documents linguistiques

Le marquisien a fait l’objet de nombreuses études linguistiques. La contribution des missionnaires catholiques est importante et on leur doit plusieurs monographies.

Enseignement

Le marquisien a été introduit dans le système scolaire, mais les documents pédagogiques pour les écoles font encore défaut. Il figure au programme du DEUG reo ma’ohi dispensé au Centre universitaire de Polynésie française.

Vie quotidienne et médias

Il existe une association culturelle, Motu Haka, pour la promotion de la langue et de la culture marquisiennes. Du fait de leur isolement, de leur faible nombre et de l’envahissement des productions tahitiennes, les Marquisiens expriment fortement le besoin de défendre leur spécificité. Le gouvernement de Polynésie s’est engagé (1998) à promouvoir la création d’une Académie marquisienne à l’exemple de l’Académie tahitienne, financée par le Territoire, dotée d’une large autonomie. Il existe des émissions radiodiffusées régulières en langue marquisienne.

Louise PELZER (Université de Polynésie française)

Type de langue: 
Polynésie française