’ôrôê

1. Nom de la langue :  ’ôrôê (écrit aussi ’orowe) ; langue de Ni (Haudricourt, 1971) ; boewe (Leenhardt, 1946).

2. Famille linguistique, indications d’ordre linguistique ou sociolinguistique :  Cette langue est considérée comme proche de l’ajië. Avec l’ajië il s’agit de la seule langue bien vivante de toute l’aire coutumière ajië-aro.

3. Aire géographique.  Le ’ôrôê est la langue des villages situés au fond des deux vallées formant l’arrière-pays de Bourail : Azareu, Pothé, Ny, Bouirou. Des locuteurs ’ôrôê sont signalés aussi dans les tribus côtières de la commune de Bourail ainsi qu’à Katrikoin.

4. Nombre de locuteurs : environ 1 000 dont 400 à l’extérieur de la zone traditionnelle d’implantation. Autres estimations : Leenhardt (LDAM, 1946) 400 ; Rivierre, (1982) 600 recensement ITSEE de 1996 (>14 ans) 550.

5. Publications littéraires ou religieuses, écriture.  Des missionnaires du Summer Institute of Linguistics ont entrepris dans les années 1990 d’élaborer des documents religieux en langue. L’Evangile selon Saint-Mathieu semble avoir été traduit en entier. Leurs conventions graphiques, basées sur une bonne analyse phonologique de la langue, ont probablement eu un certain impact.

6. Analyses et documents linguistiques. Un relevé lexical de Leenhardt a été publié dans LDAM (1946) sous le nom « boewe », n° 4, précédé de quelques pages de notes linguistiques (pp. 33-38). Le lexique de Leenhardt a été revu et complété par Haudricourt lors de son enquête de 1963. Les travaux entrepris par des missionnaires du Summer Institute of Linguistics dans les années 1990 ont donné lieu à l’élaboration d’un lexique (non encore publié).

Jean-Claude RIVIERRE (CNRS, LACITO)

Type de langue: 
Nouvelle-Calédonie