Pwapwâ

1. Nom de la langue : pwapwâ, transcrit poapoâ par Leenhardt (LDAM, 1946).

2. Famille linguistique, indications d’ordre linguistique : Langue de la moitié nord de la Grande Terre - Nouvelle-Calédonie - branche océanienne de la famille austronésienne. Proche du pwaamei ; langue conservatrice.

3. Aire géographique : aire coutumière Hoot ma Waap. Le pwapwâ est traditionnellement considéré comme la langue du village de Boyen, appelé aussi Pouanlotch (ou Pouanloch) par Leenhardt et Haudricourt. Il semble que le pwapwâ ne soit plus parlé maintenant que par quelques familles dans ce village où résideraient surtout des locuteurs pwaamei, ainsi que quelques locuteurs nemi (cf. 4).

4. Nombre de locuteurs : 80 (ou moins). Le recensement de 1996 fait état d’une population de 149 personnes dans le village de Boyen, considéré comme le lieu de résidence des locuteurs pwapwâ par les linguistes (Leenhardt, Haudricourt, Ozanne-Rivierre). Toutefois le même recensement présente Boyen comme étant de langue nemi et ne comptabilise que quatre locuteurs pwapwâ adultes, qui résideraient dans une autre tribu, celle de Témala (dans la commune de Voh). Ces informations sont données ici pour mémoire ; elles sont probablement incomplètes ou erronées. On peut supposer que le pwapwâ n’est plus parlé que par une partie des locuteurs du village de Boyen, le reste du village étant surtout composé de locuteurs pwaamei, mais aussi de locuteurs nemi. En tout état de cause, le pwapwâ est une langue qu’on peut considérer comme menacée ou en voie de disparition.

5. Ecriture. Il n’existe aucune tradition d’écriture du pwapwâ.

6. Analyses et documents linguistiques. On disposait du relevé lexical de Leenhardt publié dans LDAM (1946) au n° 26 : « Poapoâ » précédé de quelques pages de notes linguistiques en introduction de ce même ouvrage (pp. 144-149). Ce lexique a été revu et complété par Haudricourt lors de son enquête de 1963. Deux enquêtes ont été réalisées depuis en 1978 et 1981 par F. Ozanne-Rivierre a préparé une publication sur le pwapwâ et le pwaamei.

Jean-Claude RIVIERRE (CNRS, LACITO)

Type de langue: 
Nouvelle-Calédonie